The Tattoorialist

Ça faisait déjà quelques mois que j’avais entendu parler du fameux Tattoorialist. Complètement fan de son travail, je vous laisse imaginer la crise d’hystérie quand j’ai appris (via le blog de Smart Set) qu’il venait faire un petit tour à Montréal ! Je me suis ruée sur mon téléphone, direction Instagram et vu qu’on avait récemment échangé en ce qui concerne mon petit article sur Dodie, je tente donc ma chance et je lui demande si on peut se rencontrer lors de son passage à Montréal et je repars toute heureuse avec un oui ! Je voulais absolument écrire un article sur son travail, et vu la ligne éditoriale de mon blog je pense que c’est plutôt pertinent.

Aujourd’hui je vous offre une petite interview de Nicolas, l’homme derrière The Tattorialist, juste pour votre grand plaisir !

logo-WP-450x133-The-Tattoo

Tout d’abord, pourquoi Tattoorialist, pourquoi ce nom ?

En fait c’est assez simple, depuis 4 ans je couvre les défilés à la recherche de looks, de tendances, faisant de nombreux streetstyles et croisant régulièrement Scott Schuman je me suis dit que ça collait. The Tattoorialist est devenu celui qui s’intéresse à l’adaptation de la nouvelle image d’une personne face à  ses tatouages.

Comment t’es venu cette idée de concept ?

Ce fut une nuit d’insomnie, après la fashion week. Je fixais le plafond de ma chambre, à la recherche de je ne sais quoi, puis l’angoisse de l’absence de nouveaux projets est apparue. Je cherchais en vain quand 2 images se sont superposées: celle d’un streetstyle à la sortie d’un défilé et celle de mon tatouage. Ca m’a semblé évident. Il fallait juste vérifier que cette idée était bien une idée originale et pas un ersatz de quelque chose existant déjà. En parallèle je voulais creuser l’histoire individuelle au sein du tatouage, offrir une tribune autre qu’un forum impersonnel sur lequel les gens s’expriment. Je voulais mettre en avant les gens avant tout. The Tattoorialist c’est l’histoire de rencontres.

Qu’as-tu envie de transmettre à ton lectorat ?

Que les gens tatoués sont normaux, nous sommes pas en quête de réparation face aux souffrances du passé, pas en quête d’identité, nous sommes celui qui vous sert le café le matin, celui qui vous tient la porte, celui qui vous soigne, nous sommes VOUS.

Qu’est-ce qui te plait le plus dans le fait de photographier des tatoués?

Le plus ? … les rencontrer et découvrir un peu de leur univers, partager un moment qui n’appartiendra qu’à nous, découvrir de nouveaux artistes.

Tu parles beaucoup des tatouages des autres, est-ce que tu peux me parler un peu des tiens ?

OUhh tu attaques fort ! Mon premier, est un mix entre symbolisme et esthétisme. Je l’ai fait il y a 18 mois, j’avais alors plus de 30 ans. Il répond à un besoin de me ré-approprier mon corps, gérer une douleur consentie, et ne jamais oublier mon voyage de 72h à Tokyo en 2005 : mon lost in translation à moi. C’est un mélange d’inspiration avec des écailles, des fleurs, c’est plutôt étrange mais c’est mon dessin.

Le second, je l’ai fait 8 mois plus tard sur le chest, c’est une bannière vintage me rappelant les Goonies et le blog que je tiens avec Mylène depuis 2008, et qui aujourd’hui change encore notre vie.

Le dernier est un coup de coeur pour le coup de crayon de Dominique Bodkin (Bodkin Tattoo) et le travail de Vincent Brun. C’est une pin-up déguisée en matelot, je l’ai faite sur mon biceps droit. C’est un tatouage important pour moi car il est le début d’une amitié avec Dominique, nous nous sommes faits tatoués en même temps avec Mylène, et il est un lien fort avec Montréal.

the-tattoorialist-1-700x1050

On entend beaucoup parler du fait que le tatouage est à la mode en ce moment, qu’est ce que tu en penses ?

Je l’aime bien cette mode alors ! La mode et la tendance sont des choses différentes, les gens souvent font un amalgame. Je ne ferai que citer Oscar Wilde « La mode est ce que l’on porte. Ce qui est démodé, c’est ce que portent les autres ». Peu importe la mode ce qui compte c’est de se faire plaisir et d’assumer nos actes.

Il faut juste faire attention à l’endroit choisi pour un tatouage. Je déconseille les zones de communication telles que le cou, les mains, pour un premier.

As tu déjà refusé de shooter quelqu’un ? Si oui, pourquoi ? Les anecdotes c’est toujours cool :)

Non, j’avoue ne pas m’être retrouvé dans une telle situation … je suis très darwiniste, je crois en la sélection naturelle. Dans la vie on attire toujours les mêmes personnes, je dois être un mec plutôt cool ;)

Je suis toujours un peu gêné, surtout devant les compliments, je dois encore travailler sur ce point. La dernière fois j’ai shooté un jeune qui semblait hyper impressionné, je ne comprenait pas trop, jusqu’à ce que son amie lance « il me saoule ça fait une semaine qu’il ne parle que de ce shooting, il a mis des heures à choisir ses fringues … »

Quand j’ai shooté Sylvain Quimene et Daphné Burki, le pire et le meilleur shooting de ma vie. Ils m’ont tâclé sur le nom du projet « c’est imprononçable, change moi ça tout de suite » … un grand moment de fun.

Aussi cette fois où en demandant la profession d’un participant il m’a répondu « je suis croque-mort » … imagine ma tête !!!!

J’adore chaque jour un peu plus ce projet pour la richesse des rencontres que je fais.

Quel avenir imagines-tu pour the tattoorialist ?

Un très très long avenir. J’aimerais voir sortir le livre pour remercier tous les participants, ce serait à mon tour de leur offrir un cadeau.

Sinon nous préparons un défilé de mode de jeunes créateurs français et de filles tatouées avec le restaurant le Miss Kô en septembre. Car derrière The Tattoorialist il y a aussi Mylène et son agence de presse de jeunes créateurs MYLENE RP. Nous intervenons comme directeurs artistiques.

Pour finir, la soirée du 100e portrait en octobre prochain.

Et pourquoi pas revenir à Montréal plus vite que prévu ! Wait and see …

Je suis vraiment heureuse d’avoir pu rencontrer Mylène et Nicolas, et d’avoir pu parlé de leur travail. C’était vraiment une belle rencontre ! Merci à vous deux et merci Montréal :)

Alors n’hésitez plus, allez voir ce qu’est The Tattoorialist en image.

 

Leave a Reply